20/02/2008

Ethique...? Et toc !

 

Alors que l'on reparle -dans divers cénacles- de la gratuité des transports en commun, en s'appuyant  tantôt sur des sophismes tantôt sur des arguments pertinents, la STIB franchit le cap du premier février de la manière des moins discrète... Ses tarifs augmentent, certes...

Mais il ne s'agira pas ici de développer des théories chiffrées, complexes, économiques et qui mériteraient de longs développements mais plutôt  ce qui a trait à la communication de cette société bruxelloise...

 

Le 1e février dernier, à la Porte de Namur par le Ministre Bruxellois compétent et dans d'autres stations par le personnel, les usagers ont été sensibilisés à la campagne contre les incivilités...

Tambours, trompettes, caméras et tracts à tour de bras...

 

A première vue, on ne pourrait que se réjouir de la volonté manifeste des pouvoirs publics et société de transport de canaliser voire réduire des comportements inappropriés et qualifiés d'inciviques dans le souci d'améliorer la qualité du service aux usagers...

 

Oui mais voilà, de nombreuses interrogations perplexes surviennent lorsqu'il s'agit de la qualification à accorder aux actes. Beaucoup acquiesceront en songeant aux tags et dégradations de mobilier par exemple... Encore que cela constitue pour une part de la population une forme d'art et d'expression.... Et qu'il serait certainement intéressant de se pencher sur l'évolution et les significations de tels comportements dans l'espace public...

 

Notre perplexité se heurte plutôt ici à la définition des incivilités, aux sanctions encourues... bref, au fond et à la forme...

Ainsi, sous peu,  si vous vous trouvez coincé avalant sur le pouce, dans la rame une boterham[1], honni soyez !

Un pandore du rail en jolie veste rouge verbalisera et un fonctionnaire au stylo rouge vous écrira.... Moralité : il vous en coûtera de 75 à 250 € !

 

Mendier ou jouer de la musique est une incivilité qui coûtera désormais 84 €.

« Gêner ou déranger les clients... »[2] : 75 à 250 €

Entrer ou sortir du véhicule pendant ou après l'avertissement par le signal sonore : 150 à 500€.

Mais qu'est-ce exactement que gêner le client ? Existe-il une définition objective ? Moins vague et sujette à caution ? Un passager peut être gênant pour mon voisin mais pas pour moi... N'est ce pas là un aspect subjectif contraire à la notion de constat d'infraction ?

Quelle sera la prochaine étape, le prochain critère d'incivilité ? Un chapeau melon ? Un foulard ? Une kippa ?

Faut-il se figer au retentissement du signal sonore ? Qu'en est-il du malentendant ?

 

Autre inquiétude et non des moindres, quelle est la qualité des « agents verbalisants » ? Quelles sont, en la matière, la formation et la qualité d'appréciation des membres du personnel de la Stib qui n'est -faut il le rappeler-  pas assermenté ?

 

Sur la brochure distribuée aux clients il faut encore lire : « Les procès verbaux pouvant donner lieu à une amende administrative seront envoyés à un fonctionnaire qui décidera du montant de l'amende administrative[3] » Beau contournement en effet !...Le fonctionnaire, depuis son bureau, disposera de quels éléments ?

 

Enfin, quel est le contrôle politique, démocratique et impartial exercé sur ces pratiques futures[4] pour le moins interpellantes... ?  N'y a-t-il pas risque d'excès ?

 

Pointons encore les déclarations de la direction de la STIB aux  médias[5] :

 

Alain Flausch, DG «  Il y a de plus en plus de comportements qui sans être des infractions pénales sont des comportements qui ont un impact fort sur la vie des gens et qui enquiquinent le monde,... »

J-P Alvin : porte parole : «  Fumer c'est très dangereux... il y a eu des incendies dans des métros qui ont eu des conséquences très graves...mais il faudra un peu de souplesse et de discernement de la part du personnel ... »

 

C'est sûr que mon voisin d'en face en train d'engloutir son 4 heures à un impact sur ma vie...

Aussi pourquoi appeler à la souplesse avant de commencer ?

Et la musique de supermarché que certaines stations de métro diffusent et qui ont un impact un peu étrange (c'est un euphémisme) sur la vie de tous ces usagers ?

 

 Tout ceci n'est-il peut-être que de la communication ? Une tentative d'intimidation des consciences des passagers ? Un appel à une autre morale ?

 

Pour terminer,le support de communication interroge encore... Lors de cette (ces) journée(s) de sensibilisation, des tracts étaient distribués sous formes de billets de loterie à gratter...

Un billet par incivilité et en grattant, le « joueur » découvre le montant de l'amende... Beau coup de pub en effet, belle sensation qui dura quelques secondes.. Une fois grattés, les billets étaient jetés par terre, vu qu'en raison de l'éternel état d'alerte, toutes les poubelles du métro sont fermées... Un coup de pub qui crée donc de l'incivilité...l'image était interpellante...

 

Mais que dire du fond du support et du slogan «  Le respect ça se gagne » ? C'est une loterie ? Une fois on gagne, une fois on perd ? Un jeu, le respect de l'espace public ? Façon étrange d'éduquer...

L'analyse pousse peut-être loin, mais plus j'y pense plus je me dis, qu'à ce jeu là et cette partie -ci, la STIB n'est pas forcément gagnante...



[1] Tartine en néerlandais

[2] Extrait de la brochure Stib distribuée au public le 1e février

[3] Extrait du flyer « Se respecter pour bouger mieux ».

[4] Les sanctions seront applicables à partir de mars.

[5] Journal Télévisé RTL 19h - 1/02/08

01:02 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.