20/02/2008

 

Copie de Copie de Copie de fleur 3

12:53 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Avoir un coup... de pub !

 

Je peux donner l'impression de vouloir m'acharner sur la STIB mais la fréquentation plus assidue que j'en fais en ce moment  la rend d'avantage sujette à réflexion...En cette journée particulièrement polluée et ensoleillée, j'ai donc laissé la voiture à la maison et profité de l'escapade.

 

L'image et le phénomène se produisent à la station Porte de Namur toujours... Peut-être qu'il s'agit d'un phénomène limité, voir expérimental....

Toujours est-il qu'alors que l'on s'interroge sur la place de la publicité dans les médias de service publics, la STIB passe à un stade plus offensif dans le déploiement d'espaces publicitaires...

Alors que jusqu'à présent la société de transport ouvrait quelques espaces publicitaires au secteur culturel, à ses propres produits (« Noctis » par exemple) ou l'un ou l'autre produit disponible en grande surface.... Voici maintenant qu'une grande enseigne financière (particulièrement envahissante, elle aussi, avec son lion, pour l'instant) se placarde en long et en large (et ce n'est pas un euphémisme)...

 

Ce qui peut laisser franchement dubitatif, si l'on pousse un peu le regard, c'est qu'il s'agit particulièrement de vanter les produits de cette banque en matière ....d'assurance auto ultra avantageuse... ! Où l'on ne voit que des visages en pleurs.... !

Surréaliste... Non pas les visages mais la présence de tels messages en ces lieux...

 

Mais point de rififis, toute  rentrée financière est bonne à prendre !?  Mais quelles seront les limites ? Là aussi, il y a une ligne rouge... Pub à tout prix ? Rentabilité ?

 

Oui c'est certain tout augmente : la dotation des pouvoirs publics[1], la participation des consommateurs (les prix) et les recettes publicitaires manifestement....

 Et la qualité du service ? Augmente-t-elle en proportion ?

Addendum: Ce 19 février, je découvre avec soulagement que je ne suis pas le seul à m'émouvoir de ce phénomène. Les médias ont ouvert leurs espaces ( JT Télé Bruxelles on line de ce 15/02/08) à une parlementaire bruxelloise qui semble déterminée à alerter ses pairs et poser des limites...Mais bon, jusqu'où réglementer... A suivre, donc... 
 


 

[1] Pour être précis, il faut surtout parler d'indexation.

01:15 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Incivilités stib (2) ?

01:05 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Ethique...? Et toc !

 

Alors que l'on reparle -dans divers cénacles- de la gratuité des transports en commun, en s'appuyant  tantôt sur des sophismes tantôt sur des arguments pertinents, la STIB franchit le cap du premier février de la manière des moins discrète... Ses tarifs augmentent, certes...

Mais il ne s'agira pas ici de développer des théories chiffrées, complexes, économiques et qui mériteraient de longs développements mais plutôt  ce qui a trait à la communication de cette société bruxelloise...

 

Le 1e février dernier, à la Porte de Namur par le Ministre Bruxellois compétent et dans d'autres stations par le personnel, les usagers ont été sensibilisés à la campagne contre les incivilités...

Tambours, trompettes, caméras et tracts à tour de bras...

 

A première vue, on ne pourrait que se réjouir de la volonté manifeste des pouvoirs publics et société de transport de canaliser voire réduire des comportements inappropriés et qualifiés d'inciviques dans le souci d'améliorer la qualité du service aux usagers...

 

Oui mais voilà, de nombreuses interrogations perplexes surviennent lorsqu'il s'agit de la qualification à accorder aux actes. Beaucoup acquiesceront en songeant aux tags et dégradations de mobilier par exemple... Encore que cela constitue pour une part de la population une forme d'art et d'expression.... Et qu'il serait certainement intéressant de se pencher sur l'évolution et les significations de tels comportements dans l'espace public...

 

Notre perplexité se heurte plutôt ici à la définition des incivilités, aux sanctions encourues... bref, au fond et à la forme...

Ainsi, sous peu,  si vous vous trouvez coincé avalant sur le pouce, dans la rame une boterham[1], honni soyez !

Un pandore du rail en jolie veste rouge verbalisera et un fonctionnaire au stylo rouge vous écrira.... Moralité : il vous en coûtera de 75 à 250 € !

 

Mendier ou jouer de la musique est une incivilité qui coûtera désormais 84 €.

« Gêner ou déranger les clients... »[2] : 75 à 250 €

Entrer ou sortir du véhicule pendant ou après l'avertissement par le signal sonore : 150 à 500€.

Mais qu'est-ce exactement que gêner le client ? Existe-il une définition objective ? Moins vague et sujette à caution ? Un passager peut être gênant pour mon voisin mais pas pour moi... N'est ce pas là un aspect subjectif contraire à la notion de constat d'infraction ?

Quelle sera la prochaine étape, le prochain critère d'incivilité ? Un chapeau melon ? Un foulard ? Une kippa ?

Faut-il se figer au retentissement du signal sonore ? Qu'en est-il du malentendant ?

 

Autre inquiétude et non des moindres, quelle est la qualité des « agents verbalisants » ? Quelles sont, en la matière, la formation et la qualité d'appréciation des membres du personnel de la Stib qui n'est -faut il le rappeler-  pas assermenté ?

 

Sur la brochure distribuée aux clients il faut encore lire : « Les procès verbaux pouvant donner lieu à une amende administrative seront envoyés à un fonctionnaire qui décidera du montant de l'amende administrative[3] » Beau contournement en effet !...Le fonctionnaire, depuis son bureau, disposera de quels éléments ?

 

Enfin, quel est le contrôle politique, démocratique et impartial exercé sur ces pratiques futures[4] pour le moins interpellantes... ?  N'y a-t-il pas risque d'excès ?

 

Pointons encore les déclarations de la direction de la STIB aux  médias[5] :

 

Alain Flausch, DG «  Il y a de plus en plus de comportements qui sans être des infractions pénales sont des comportements qui ont un impact fort sur la vie des gens et qui enquiquinent le monde,... »

J-P Alvin : porte parole : «  Fumer c'est très dangereux... il y a eu des incendies dans des métros qui ont eu des conséquences très graves...mais il faudra un peu de souplesse et de discernement de la part du personnel ... »

 

C'est sûr que mon voisin d'en face en train d'engloutir son 4 heures à un impact sur ma vie...

Aussi pourquoi appeler à la souplesse avant de commencer ?

Et la musique de supermarché que certaines stations de métro diffusent et qui ont un impact un peu étrange (c'est un euphémisme) sur la vie de tous ces usagers ?

 

 Tout ceci n'est-il peut-être que de la communication ? Une tentative d'intimidation des consciences des passagers ? Un appel à une autre morale ?

 

Pour terminer,le support de communication interroge encore... Lors de cette (ces) journée(s) de sensibilisation, des tracts étaient distribués sous formes de billets de loterie à gratter...

Un billet par incivilité et en grattant, le « joueur » découvre le montant de l'amende... Beau coup de pub en effet, belle sensation qui dura quelques secondes.. Une fois grattés, les billets étaient jetés par terre, vu qu'en raison de l'éternel état d'alerte, toutes les poubelles du métro sont fermées... Un coup de pub qui crée donc de l'incivilité...l'image était interpellante...

 

Mais que dire du fond du support et du slogan «  Le respect ça se gagne » ? C'est une loterie ? Une fois on gagne, une fois on perd ? Un jeu, le respect de l'espace public ? Façon étrange d'éduquer...

L'analyse pousse peut-être loin, mais plus j'y pense plus je me dis, qu'à ce jeu là et cette partie -ci, la STIB n'est pas forcément gagnante...



[1] Tartine en néerlandais

[2] Extrait de la brochure Stib distribuée au public le 1e février

[3] Extrait du flyer « Se respecter pour bouger mieux ».

[4] Les sanctions seront applicables à partir de mars.

[5] Journal Télévisé RTL 19h - 1/02/08

01:02 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Incivilités (1) ?

00:51 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Lettre à l'ami lointain

 

Lors d'un récent séjour en Afrique centrale, j'étais interpellé -entre autre- par la généralisation d'un phénomène bien déplorable... : Le respect sans cesse décroissant de l'espace public (peu de propreté par exemple)....

Alors que nous observions les rues jonchées de papiers et immondices, nous nous retrouvions face à des interlocuteurs ébahis et en pamoison devant les images télévisées de notre beau nord... L'eldorado européen...

La propreté publique n'est qu'un des aspects délicats de la réalité africaine que nous avons tenté de relater voici quelques mois aux européens curieux, via un blog/media de masse, lobotomisation en moins... Un otracosa[1]... Une tentative de dépassement des clichés...un regard novice... humble ...mais critique...

Dans un souci d'équité, peut-être, ou par addiction à la chasse aux stéréotypes, il est apparu logique de retourner la longue vue... Cette fois avec cet otracosabis, nous proposerons un partage de la réalité européenne -bruxelloise, ixelloise plus précisément - au lecteur lointain ou curieux, de là bas...  mais aussi finalement d'ici...

 

« Ainsi l'ami, citoyen du sud, depuis mon séjour chez toi, nous poursuivons nos correspondances. Souvent, tu me dis que tu rêves de venir nous rejoindre dans ce nord où tout est bien, histoire d'améliorer ton sort...

Parfois, je te dis que j'irai bien te rejoindre dans le sud, fuyant nos turpitudes humaines et politiques...

Le comble serait ainsi de nous croiser, de nous intervertir, de nous manquer... mais surtout, nous risquerions de ne pas trouver l'eldorado...Pourquoi donc ne pas faire face, chez toi et chez moi,  à la passivité, à l'irresponsabilité, à la bêtise... ?

Si tu parviens à me lire, si la fracture que l'on dit numérique ne t'a pas cassé, saches donc cher lecteur que si l'Afrique est sale et salie (à prendre -sans rire-  au propre ou au figuré), l'Europe n'en est pas plus immaculée....

Critiquer nos mandataires serait toutefois trop facile, les solutions viennent avant tout de nous, ici au nord et chez toi dans le sud : des responsabilités qu'il est temps de prendre... Mais point question de généralisations infondées et démagos ; je me contenterai ici de te présenter mon quartier, mon petit bout de Bruxelles... Ixelles, que l'on dit belle...

De nombreux errements de la vie publique sont, chez toi, imputables aux difficultés, l'absence voire la défaillance du pouvoir en place...

Eh bien ici, de ce Nord, où l'on inventa la démocratie, la bonne gouvernance et l'on manifeste souvent de bonnes intentions...il ne faut pas tomber, crois-moi, en pamoison...

Bienvenue toutefois dans ma commune, mon quartier, ma résidence qui n'a de beau que le nom[2].... Ixelles, ma belle ? »


 


[1]  Voir  otracosa.skynetblogs.be où nous y tentons un regard européen sur l'Afrique

[2] J'habite la résidence Beaulieu, où chacun sort ses poubelles à tout moment et fait du bruit même la nuit...

00:49 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Mon quartier propreté...

00:45 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

19/02/2008

Propos liminaire

 

Tenter un autre regard, critique, décalé et interrogatif sur la réalité de citoyen d'un monde en pleine ébullition ;  tel sera l'enjeu d'Otracosabis...

 

A l'heure d'une mutation de ce que l'on appelle communément le lien social d'une part et d'une blogosphérisation croissante d'autre part, formuler puis  partager ses opinions relève d'un véritable défi....

L'évolution et l'augmentation de la prise de position sont positives à priori. Les utilisateurs ayant accès à ce média (ce qui n'est pas encore le cas de tous, il faut le rappeler) peuvent donner des avis sur tout...

Otracosabis ? Un énième blog à propos de société, de social, de l'humain... ? Et donc un blog politique.... ? Oui...mais non...

Il n'est pas dans notre intention d'entreprendre une thèse sur l'évolution de ce média, les enjeux et les conséquences de la participation à l'actualité « en temps réels »... (Quoique le sujet ne manque pas d'intérêt !).

 

« Tenir un blog », si cela relève du must, n'est déjà plus une nécessité ; on peut s'exprimer, réagir sur le blog d'autrui, où à tout article de presse.... On peut juger, coter la qualité d'une réaction et créer ainsi un nouveau degré d'information : la communication sur la réaction à l'information...

Si dans cette jungle discursive il est difficile de définir avec précision ce qui sera l'objet des propos tenus dans les colonnes de ce blog qui se crée -mais qui s'apparentent à une participation à des questionnements du moment, existentiels ou moins...- il est plus aisé de définir ce que ce blog ne devrait[1] pas être.

 

Il me semble donc capital, par respect pour celui qui prendra le temps de lire ces lignes (et qui pendant ce temps se privera de bien d'autres consommations) de définir/synthétiser ce que, cher  lecteur, vous ne trouverez pas ici... :

 

  1. Des coups de gueule plus ou moins habilement verbalisés...

Si ce type de défoulement « anti-tout » tellement généralisé peut apporter un certain apaisement à ses auteurs, voire au lecteur qui pourrait s'y retrouver, il a toutefois la caractéristique de limiter l'analyse, de ne malheureusement pas élever le débat, voire de le situer au niveau de l'exhibition verbale....

Il nous semble humblement plus constructif de se défouler au travers d'une activité physique plus socialisante et très démocratique... Ah les joies du jogging en bande, de la capoïera, ...

 

  1. Une retranscription plus ou moins réussie des propos du bar de l'estacade....

Si le recours au sens commun fait partie de nos existences, que nous soyons ducs ou écuyers, il importe parfois, sans dénigrer ce qui constitue une source de vie et d'inspiration intarissable, de  dépasser ce sens commun ou encore la sagesse populaire. De se faire -d'une certaine manière- violence.. de se (re)mettre en question...

Nous nous efforcerons donc dans ces pages de développer nos arguments et analyses autant que possible, à charge et à décharge...

 

  1. Des propos livrés en vrac (création libre) ou une rhétorique soporifique ou moralisation démagogique....

Une rigueur rédactionnelle, un souci d'argumentation, d'implication dans la vie publique n'empêchent  pas le recours à l'humour, la prise de recul et l'usage d'un style...Celui-ci est inévitablement marqué par une éducation ou encore un parcours...

Même si le présent de votre serviteur est actuellement davantage académique (politique et social), nous n'oublierons pas un passé proche davantage artistique...

Certains articles sillonneront d'ailleurs ce champ intarissable.

 

Enfin, l'objectivité totale n'existe pas (cela n'engage que l'auteur) ou en tous cas, le subjectif ne peut être résorbé... mais peut et doit être expliqué avec détails et distance...

Au début, il y aura probablement des erreurs, des maladresses ... Merci donc de votre indulgence...

Le style et l'objet devront être apprivoisés...Ce que ce blog pourrait[1] être : une incitation à l'action, un appel à la responsabilité, un cailloux dans la chaussure, un éclairage dans le noir, etc...

Les précisions sont ainsi apportées : nous pouvons commencer...

 

Dans Otracosabis, ce nouveau blog-note, nous tâcherons donc de manier les mots et les images au mieux, avec sincérité...pour votre plaisir... et aussi parfois votre déplaisir...

Fichtre, après ceci, allons-nous encore oser dire quelque chose ?

 

Bonne lecture !



[1]

Emploi du conditionnel en raison du caractère humain et donc faillible de l'auteur...

22:54 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |