01/07/2008

L’exercice du pouvoir local : le conseil communal…

 

Maison communale 5

La maison communale, vue de Place F.Cocq
 

La Belgique, état fédéral dont l’organisation particulière -voire unique- suscite curiosité, étonnement ou incompréhension, s’organise donc sur différents niveaux de pouvoir ; du plus large (niveau fédéral) au plus local (pouvoir communal)… Ce dernier niveau exerce des compétences propres (tout ce qui relève de l’intérêt communal) et est également un organe décentralisé en exercice pour le compte du pouvoir fédéral. L’institution communale (principe créé en 1794) est à ce jour soumis à plusieurs tutelles et la Belgique compte actuellement 589 communes.

Nous n’irons pas plus loin, pour l’instant, dans les chiffres et spécificités…

 

Les premières réflexions qui pourraient venir à l’esprit amèneraient à penser que ce niveau de pouvoir, formalisé par le conseil communal, le collège des bourgmestre et échevins secondés par l’administration communale, relève et développe davantage des notions telles que proximité, dialogue entre élus et population, participation citoyenne, transparence et impartialité des décisions, etc…

A l’occasion d’une observation attentive, on peut affirmer sans poujadisme, qu’il subsiste un écart entre ce que l’on pourrait penser et la réalité, et que le niveau local n’est pas forcément le plus accessible…

Le politique et le citoyen ont tous deux une part de responsabilité et nous tâcherons d’étayer nos analyses le plus rigoureusement possible lors de nos prochains billets…

  mAison communale 3 La

salle du conseil, côté public..quand il y en a...

En ce qui concerne Ixelles, comme dans de nombreuses communes, le déroulement de l’assemblée -le conseil communal- (composé, bourgmestre inclus, de 41 mandataires dont certains membres siègent dans d’autres assemblées) est mensuel et s’effectue dans le cadre particulier et historique de la salle du conseil…La plupart des décisions s’y prennent, sauf celles qui dépendent du cercle plus restreint et confidentiel  formé par le bourgmestre et ses échevins (le collège) ou encore sont renvoyées en commission.

Seules les séances du conseil communal sont publiques. Les mandataires siègent dans une salle, à des emplacements précis (comme pour les chambres fédérales) et le public se tient dans la salle attenante d’où il peut observer et écouter (quand les micros sont assez puissants).

Tout ce moment important dans le déroulement de la vie locale obéit à de nombreuses règles et suit un protocole et, à Ixelles, le cadre particulièrement daté (ancien Hôtel de la Malibran, célèbre cantatrice du début du 19e) peut envoyer une image assez « figée » du travail politique dont la forme assez « éloignée » -dirions nous- de la modernité laisse perplexe…

Pour ce qui est du contenu, le déroulement est régi selon un ordre du jour rendu public quelques jours auparavant mais assez peu compréhensible vu sa technicité. Y figurent tout un tas de décisions (souvent prises majorité contre opposition) référant à des documents/dossiers de préparation (qui eux ne sont pas accessibles) et sur lesquels il est impossible pour toute personne étrangère aux mandataires, de se forger une opinion.

Difficile dès lors de parler de participation…

Effectivement, bien que publiques, les séances du conseil sont en général suivies par… peu voire pas de public. Nous nous sommes à plusieurs reprises retrouvés bien seul sur les bancs du public, à voir les mandataires voter, discuter de sujets de fond -en faible proportion-, s’invectiver à quelques occasions, pratiquer l’humour à d’autres, déguster des confiseries ou briller par leur absence (ou silence) parfois[1]...Pour ce qui est des comptes-rendus, là c’est une autre histoire, nous y reviendrons.

A Ixelles les séances démarrent à 20h00 souvent (chaque dernier jeudi du mois) et se prolongent jusqu’aux alentours de minuit…

Il arrive que les débats plus spécifiques ou intéressants pour le public soient renvoyés à des commissions, selon la compétence en question (Il existe 14 commissions -ou sections- composée des mandataires et de l’échevin compétent et qui, malheureusement, ne sont pas publiques…).

Dans les prochains mois nous reviendrons sur ces aspects de la vie politique communale au sein de notre commune ixelloise…

Vois avis et réactions sont bienvenus…

 

maison communale 2



[1] Nous reviendrons ultérieurement sur le sujet en proposant une analyse statistique du déroulement des séances (type d’intervention, participation des mandataires, communication, etc…)

00:24 Écrit par le rapporteur dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.